Recherche

L'Odyssée du Belem

Réalisation : Bernard Maury
Durée : 26'
Année : 2002
Production : CLC Productions, Régions

Le Belem, un nom qui résonne déjà comme une promesse de voyage et de destinations lointaines. Ce trois-mâts « barque », long de près de 60 mètres, coque en acier, mâts en bois, hauts de 34 mètres, gréé carré, voit le jour en 1896, sur la commande d’un armateur nantais, dans les chantiers « DUBIGEON ». Nous ne sommes qu’au début d’une longue odyssée qui le transportera à travers tout le siècle, jusqu’à nos jours. CONTEXTE HISTORIQUE À LA NAISSANCE DU BELEM, PERIODE DE TRANSITION ENTRE VOILE ET VAPEUR À la fin du XIXéme siècle, on assiste à une explosion de la construction des navires à voile en acier. Certains États, dont notamment l’État français, encourageaient ces chantiers de gros tonnages, voués aux destinations lointaines par l’instauration de primes. En effet, le fret par cargo reste encore cher, même s ils ont à l’évidence tout l’avenir devant eux, et les voiliers présentent encore l’intérêt de l’économie de carburant. Parmi les différentes formules à l’essai, se succédèrent les 5 mâts, les 6 mâts, les voilures dans l’axe, mais pour traverser les océans, c’est la voilure carrée qui a présenté le plus de commodités. Ces gros navires partaient pour des expéditions qui pouvaient durer plusieurs mois, à destination des Antilles ou du Brésil,( comme le Belem), chargés d’en ramener des denrées rares comme le cacao, le sucre, ou les épices. Aussi, ils étaient communément appelés les « antillais ».